Cérémonie de lancement de l'Observatoire des Mobilités Africaines (OMA)...

Version 5

    bache OMA.jpgLe jeudi 27 avril 2017, il s’est tenu au Novotel, Plateau-Abidjan le lancement de l’Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) qui est une plateforme mis en place par l'Institut pour la bonne Gouvernance, le Développement et la Prospective (IGDP) avec le soutien du groupe Michelin dans le but d'entendre, voir et sentir la mobilité en Afrique.

    Cette cérémonie avait pour thème, « Mobilités urbaines : nouvelles technologies, solutions et bonnes pratiques pou répondre aux attentes des usagers ». Elle a été co-animée par Marie-Pascale Bayé et Cyriac Gbogou.

    Monsieur Barthélémy Kouamé, Directeur Général de Acturoutes , modérait les panels.

    Le premier temps fort de ce lancement a été, les mots d’accueil, de bienvenue et de présentation.

    Ces mots ont été prononcé par :

    - Le Président de l’Institut pour la bonne Gouvernance, le Développement et la Prospective (IGDP), Professeur Roch Yao Gnabeli

    - Dr Youssouf Méité, Directeur Général de l’Observatoire des Mobilités Africaines (OMA), et

    - Laurence Ullmann, expert Prospective en charge de l’Afrique pour le groupe Michelin.

    DSC_0190.JPGProfesseur Roch Yao Gnabeli , Président de l'IGDP

    IMG_3707.JPG

    Laurence Ullmann de la Prospective chez Michelin

    Le Président de l’IGDP a rappelé l’engagement de sa structure aux cotés de l’OMA quant à sa problématique.

    Le Dr. Youssouf a invité toutes les parties (Décideurs, enseignants, journalistes, bloggeurs, …) à s’engager autour de l’OMA.

    Mme. Laurence Ullmann a précisé que l’OMA est né d’une initiative de l’entité prospective du groupe Michelin, initiative confiée l’IGDP.

    Dans son allocution, Mme. Ullmann a rappelé les enjeux qui accompagnent les changements qui s’opèrent en Afrique : croissance économique, explosion démographique, accroissement du pouvoir d’achat, forte urbanisation, intégration de plusieurs innovations incluant les NTIC. La question des mobilités est transverse à tous les facteurs du développement en Afrique.

    L. Ullmann a aussi insisté sur le fait que, selon elle, l’Afrique, par sa capacité à faire du « leapfrogging » ou sauter des étapes, pourrait faire le maximum pour éviter les externalités négatives dues au transport qui aujourd’hui pèsent lourdement dans de nombreuses zones du monde.

    En s’appuyant sur une démarche participative, l’Observatoire des Mobilités Africaines vise donc à tenter de dégager une vision globale et partagée des enjeux et des mutations dans les pratiques et les solutions de mobilité pour les personnes et les biens sur le Continent. Le partage des innovations, des projets qui marchent et des bonnes pratiques permettra d’apporter plus vite des solutions adaptées, qui intègrent une vision de long terme et respectueuse de l’environnement. En facilitant le dialogue entre toutes les parties prenantes l’OMA vise à comprendre comment l’Afrique répondra à des questions cruciales comme celles soulevées par l’acheminement des biens, la réglementation, le financement, le changement climatique, la sécurité routière, le développement durable, la congestion, la pollution… et de promouvoir les meilleures d’entre elles.

     

    Pour ce faire, l’OMA entend s’appuyer sur les aspirations des divers intervenants pour trouver des solutions locales, adaptées et africaines.

    Le deuxième temps fort de cet évènement a été la table ronde composée de deux panels successifs.

    Le premier panel a réuni :

    - M. Alain Tahi, Président de la Fédération des Associations de Consommateurs Actifs de Côte d’Ivoire(FACACI)

    - M. Konan Yao, Ingénieur des travaux publics au ministère des Transports de Côte d’Ivoire

    - Dr. Yssoufou Cissé, Secrétaire Général de l’Union Africaine des Transports Publics (UATP), et

    - M. Ronan Garnier de la Compagnie ivoirienne des Transports (CITRANS), entreprise en délégation de service public pour du transport lagunaire à Abidjan.

    DSC_0211.JPGAperçu des intervenants du 1er panel

    Tous furent unanimes sur la difficulté qu’il y a à se déplacer à Abidjan et de l’état défectueux des routes. Cela dit, des solutions sont envisagées. Mr Konan Yao a souligné le partenariat fructueux de la Cote d’Ivoire avec la Chine dans ce sens. Pour Ronan Garnier, le projet Cytrans, visant l’exploitation du réseau lagunaire, apportera son lot d’amélioration des mobilités de la capitale ivoirienne. Quant à Mr Yssoufou Cissé, il soutient que le développement des projets BRT est une des réponses les plus adaptées et des plus faciles à mettre en œuvre pour répondre aux problématiques des mobilités dans les grandes villes d’Afrique.

    Le deuxième panel avait pour thème, « Innovations et digitalisation du transport : apport des innovations pour l’amélioration du transport », et a réuni :

    - Mme Linda Vallée, conseiller technique et directrice de la jeunesse numérique en charge des startups,

    - M. Pierre Missiaen, Fondateur de Mtick,

    - M. Parfait Ouattara, Directeur Général de Taxijet.

    DSC_0280.JPG

    IMG_3662.JPG

    Aperçu des intervenants du 2nd panel

    Mme Linda Vallée, parlant au titre de la fondation jeunesse numérique, a souligné que des talents sont disponibles en Côte d’Ivoire pour soutenir l’innovation dans le domaine des transports. A titre d’exemple, nous avons « Wabeyi, une plate-forme pour le covoiturage en Cote d’Ivoire ». Elle a ajouté que, dans le domaine de l’innovation, il existe la « Recherche Opérationnelle ». C’est l’utilisation des méthodes mathématiques pour modéliser les problèmes quotidiens et les résoudre.

    Avec Mtick, Monsieur Pierre Missiaen entend apporter sa pierre à l’édifice.

    Mtick est une plate-forme pour l’achat et la vente des tickets de cars. Il précise que la réussite de ce projet passe par l’éducation des chauffeurs et usagers quant à l’utilité et l’utilisation de cette innovation.

    Monsieur Parfait Ouattara de Taxijet a expliqué les bénéfices de son service de taxis à la demande, qui non seulement offre aux usagers un service de transport sécurisé, fiable et disponible mais a également permit la création de 50 emplois stables et près de 450 employés en freelance.

    Cette table-ronde a suscité de nombreuses questions et remarques de la part d’une audience très impliquée dans les discussions.

    IMG_3685.JPG

    IMG_3593.JPG

    Intervention du public

    Avant de passer au cocktail qui marquait par la même occasion la clôture de ladite cérémonie, une présentation des membres de l’Observatoire des Mobilités Africaines (OMA) a été effectuée ainsi qu'un appel à contributeur car l'OMA, appartient à toutes les personnes sensibles à la question de la mobilité en Afrique.

    IMG_3711.JPG

    Membres de l'OMA Laurence Ullmann (Coordonnatrice du projet), Youssouf Meïté (Directeur de l'OMA), Marie-Pascale Bayé (Community Manager) et Cyriac Gbogou (Community Advocate)

    DSC_0159.JPG

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer